MAROC

CHRONIQUE MAROCAINE

MERCREDI 18 AVRIL 2018

 

Ibn Tofaïl. Une université jeune, regroupée à l’abri d’une palissade de lances aux pointes aiguisées, des bâtiments bas, blancs et bleus, presque coquets. Elle porte le nom d’Ibn Tofaïl, philosophe Andalou, astronome, médecin, et mathématicien du 12ème siècle, protecteur d’Averroès, témoignant de l’expansion du Califat almohade de part et d’autre de la Méditerranée. Ses 45 000 étudiants sont impatients de prendre leur part à l’expansion d’un Maroc qui se veut la figure de proue d’une Afrique francophone. Les étudiantes portent souvent un voile léger, plus fait pour protéger leurs cheveux de la rigueur des rayons ultra-violets que de ceux de la loi musulmane. Ici le temps est celui du Maghreb et sa flexibilité va avec le sens de l’accueil et du plaisir de vivre. L’appel du muezzin, qui retentit cinq fois par jour, rappelle sans ambiguïté que le Maroc est terre de foi et que le roi est Amir Al Mouminine, commandeur des croyants.