Le rouge-gorge, la mésange

et le pigeon

Sur le bord d’un jardin, volait un rouge-gorge.

Il se sentait chez lui, comme au pied de l’horloge.

Un beau matin soudain, la maitresse des lieux

Accrocha au pommier, à vrai dire bien vieux,

Une pagode de bois, centrée autour d’un verre.

L’oiseau se dit, à tort, qu’il ne savait qu’en faire.

 

Vint à passer par là, enluminée de bleu

Une mésange agile, à la très longue queue.

D’un coup d’aile elle fut, vite dans la pagode,

Elle picora les grains, mais rejeta les bogues,

Imitée en cela par plein de congénères

Enchantées et ravies d’une si bonne affaire.

 

Le sol était jonché au pied du pommier.

Sur ce festin de terre arriva le premier,

Un pigeon qui, haut perché, la scène observait.

Le rouge-gorge se dit qu’il eut été bien bête

De ne pas lui aussi prendre part à la fête.

 

La nature est bien faite. A bien y regarder

On voit que chacun peut, manger à satiété.

 

D’après Jean DE LA FONTAINE…

Paul Tréguer, 28 mars 2020.