Rencontres

Rares sont les humains que mon chemin rencontre,

Quand je marche, en silence pour ne pas interrompre

Le plain-chant des oiseaux qui emplit le vallon

Dans lequel je m’immerge avec inspiration.

 

Parfois j’y ai croisé un homme élancé,

Dont l’élégante allure amène à penser

Au chevalier errant dans le « Septième Sceau »

Revenu au pays atteint d’un grand fléau.

 

Sous un arceau feuillu j’ai aussi vu passer

Une jeune fille blonde, toujours très absorbée

Par l’étrange magie de son petit miroir

Qui lui parle, assuré d’un très bon auditoire.

 

Parvenu aux poneys aux longs cheveux soyeux,

Qui semblent, depuis toujours, les hôtes de ces lieux,

Un couple plus âgé suit à travers les herbes

Un épagneul roux furetant autour de gerbes.

 

Un tunnel introduit à ce vallon charmant,

Où les sons s’amplifient toujours sans ménagement.

Un ruisseau l’alimente au gré de ses méandres,

Pourvoyeur de vie souvent exubérante.

 

Cheminer en ce lieu est un grand privilège,

Dont il faut dominer parfois les sortilèges,

Pour revenir sur soi, penser à son passé

Et pour à l’avenir bien mieux se préparer.

Paul Tréguer, 18 avril 2020.