Air du temps

REFLEXION SUR L'EVOLUTION DU MONDE

1er juillet 2021

LE DÉLUGE ?

Montage AIR TPS 19-1.jpg

La mer Noire reçoit les apports du Danube ; depuis 7 600 ans elle communique avec la Méditerranée via le détroit du Bosphore ; au port de Varna se situe l’Institut Océanologique qui met en œuvre le mini submersible PC-8.

10 juillet 2009.

A Varna (Bulgarie), Atanas Palazov, directeur de l’Institut Océanologique « Fridtjof Nansen », nous explique le fonctionnement du sous-marin scientifique PC-8. Le submersible peut accueillir un équipage de 3 personnes. Il s’apprête à embarquer sur le navire océanographique Akademik pour une plongée en Mer Noire, à la recherche des traces du Déluge...

La Bulgarie profonde…

Un mois de juillet décidément très studieux : je fais partie d’un panel d’experts européens chargés d’évaluer l’Académie des Sciences de Bulgarie. C’est une Académie bâtie sur le modèle de celle de l’ex-Union Soviétique, qui regroupe des instituts de recherche de toutes les disciplines, allant des sciences fondamentales aux sciences appliquées.

Le temps d’une escapade dans la Bulgarie profonde, sur les rives escarpées de la rivière Iskăr, un affluent du Danube qui s'écoule près de Sofia et passe à travers une gorge montagneuse du Grand Balkan, et me voici à Varna le long de la Mer Noire.

Montage AIR TPS 19-2.jpg

A Sofia, la cathédrale Alexandre Nevski, est le plus grand temple chrétien de Bulgarie

La rivière Iskăr, alimentée par des torrents du massif rocheux de Rila, est un affluent du Danube, deuxième fleuve d’Europe par sa longueur, qui sert de frontière entre Bulgarie et Roumanie.

Montage AIR TPS 19-3.jpg

En Bulgarie profonde : arêtes calcaires du massif rocheux de Rila, où un troupeau de chèvres prend ses aises sur une route peu fréquentée.

  1. Genèse, 1, 28.

  2. G. A. Chouinard et al., Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences  (2005) ; G. Bourgault-Faucher, IREC (2020) ;

  3. M.O. Hammill et al., ICES Journal of Marine Science (2014), 71 : 1332–1341 (2014)

  4. M. Guillemette et al., Marine Ecology Progress Series, 587 : 235-245 (2018)

Plongée en Mer Noire

Le Directeur de l’Institut Océanologique est très fier de nous présenter le navire océanographique Akademik. De 55,5 m de long il déplace 1225 tonnes. Le professeur Petko Dimitrov (1) nous explique l’utilisation du submersible PC-8 qui peut plonger jusqu’à 250 m de profondeur. L’ objectif de la plongée est aujourd’hui de rechercher des traces d’une civilisation disparue, enfouie sous les eaux depuis l’envahissement de la Mer Noire par les eaux salées de la Méditerranée.

Montage AIR TPS 19-4.jpg

A l’Institut Océanologique de Varna, le submersible PC-8 s’apprête à embarquer à bord du navire océanographique Akademik.

 Atanas Palazov, directeur de l’Institut Océanologique et les scientifiques et techniciens chargés de la mise en œuvre du mini submersible PC-8.

Le « Déluge »…

La mer Noire est un bassin de plus de 400 000 km2 (un peu plus grand que celui de la Baltique). Sa profondeur moyenne est de 1230 mètres. Il y a environ 1,7 million d’années le niveau de la mer Noire se situait à 170m au-dessous du niveau actuel des mers. La mer Noire est alors un lac d’eau douce, alimentée par les fleuves européens dont le Danube. Son niveau reste à peu près constant car l’évaporation équilibre les apports d’eau douce par les fleuves et les précipitations. Il y a environ 20 000 ans le climat global entre dans un cycle de réchauffement. Vers -12 000 ans, sous l’effet de la dilation des eaux et de la fusion des calottes polaires et des glaciers terrestres, le niveau des mers de l’ensemble du globe monte pour atteindre -40 m. C’est insuffisant pour permettre un échange entre mers Noire et Méditerranée via la mer de Marmara et le détroit du Bosphore. A partir de -12 000 ans, pendant un peu plus d’un millénaire, la tendance se renverse et le climat se refroidit (Dryas récent). De ce fait, le niveau de la mer Noire redescend à -100 m au-dessous du niveau actuel.

11_Mer Noire 1.jpg

Vers 8 000 ans avant J.C., le climat reprend son cycle de réchauffement. Selon William Ryan et Walter Pitman, de l'Observatoire Lamont Doherty de New York, il y a environ 7 600 ans le niveau de la mer Méditerranée devient suffisamment élevé pour que l’eau salée passe les Dardanelles, entre en mer de Marmara et franchisse le détroit du Bosphore. A son maximum d’extension la mer Noire transforme la Crimée en une presqu’île, bordée à l’est par la mer d’Azov. Les eaux douces se mêlent aux eaux salées et la mer Noire devient une mer estuarienne. En surface, les eaux relativement peu salées du fait des apports fluviaux (notamment du Danube) s’évacuent par le détroit du Bosphore où s’écoulent en sens inverse et en profondeur les eaux de la mer Méditerranée, plus denses.

Ainsi, l’envahissement de la mer Noire par la Méditerranée, rapide à l’échelle des temps géologiques, a progressivement noyé les rivages où des hommes avaient commencé à s’établir. Ceci est attesté par de nombreux preuves scientifiques, dont des restes préhistoriques recueillis par les Bulgares grâce à leur mini submersible PC-8. Grâce aux campagnes océanographiques, dont celles menées par Gilles Lericolais (Ifremer) à partir de 1998 à bord du Suroit et du Marion Dufresne, a été établie une vue en trois dimensions des fonds sous-marins de la mer Noire, révélant la présence de paléorivages à 120 mètres de profondeur (Figure ci-dessus) et d’un immense canyon au pied du détroit du Bosphore, facilitant la plongée d’eau méditerranéenne.

L’entrée des eaux de la Méditerranée a donc été rapide. Cependant, contrairement à ce que suggère un film catastrophe, le Bosphore ne s’est pas transformé en un gigantesque Niagara. L’ extension de la mer Noire (Figure ci-dessus) a pris plusieurs décennies, mais probablement moins de 100 ans. Gilles Lericolais (2) relie volontiers les observations scientifiques modernes au « Déluge », événement décrit dans les écrits d’Ultanapishtim.  Ce dernier raconte l’épopée de Gilgamesh, personnage héroïque de la Mésopotamie antique, fils de la déesse Ninsun, et roi de la cité d'Uruk où il aurait régné vers 2650 av. J.-C..

En un sens la science retrouve la trace des grands mythes liés aux inondations dantesques, dont, culturellement, celui de l'Arche de Noé dans La Genèse, nous est le plus proche.

« Water world »…

Une montée significative et rapide du niveau de la mer en quelques décennies, n’ est-ce pas ce que nous risquons d’observer d’ici la fin de ce siècle, si nous n’arrivons pas à limiter nos émissions de gaz à effet de serre ?

Dans un article du « Monde » paru le 25 mai 2021, Jean-Marie Gustave Le Clézio pose la question : « Les pays riches et pollueurs auront-ils une pensée pour le peuple de Tulé fuyant le déluge, lors de la COP26 »? La CO26 sur le climat se tient à Glasgow (Ecosse) du 1er au 12 novembre 2021 ? En vérité, comme le souligne le prix Nobel de littérature 2008, la montée des océans provoquée par le changement climatique est une réalité. Les indiens Kunas, contraints de fuir leur île au large de la côte Atlantique du Panama, un « paradis » de la planète Terre cher à Le Clézio, font déjà partie des réfugiés climatiques.

(1) The Black Sea: The flood and the adjacent myths, Petro Dimitrov & Dimitar Dimitrov (2004), ISBN 694 579 335 X

(2) Gilles Lericolais https://www.youtube.com/watch?v=fxjR1fuDdN8

Paléogéographie de la Mer Noire : 1-lac d’eau douce (en bleu), 2-rivages avant le « Déluge » (en rouge), 3-extension de la mer Noire

(en jaune) après l’entrée des eaux méditerranéennes ; 4-traces d’établissements préhistoriques (points noirs) sous le niveau d’eau actuel.

La flèche bleue représente l’entrée d’eau méditerranéenne en mer Noire, via le Bosphore. D’après Dimitrov & Dimitrov (2004).

  1. Petko Dimitrov & Dimitar Dimitrov, The Black Sea : The Flood and the ancient myths (2004), ISBN 694 579 335 X

  2. Gilles Lericolais https://www.youtube.com/watch?v=fxjR1fuDdN8