OCÉAN ANTARCTIQUE

29 mars 1993 (Port des Galets (île de la Réunion)

18 mai 1993 (Port des Galets)

.

Campagne  ANTARES 1 (1993) 

à bord du Marion-Dufresne  

. 

Chefs de mission : Jean-François Gaillard (Université Paris 7)

 

(Crédit photos : Paul Tréguer).

La campagne ANTARES 1 s’inscrit dans le cadre du programme international Southern Ocean – Joint Global Ocean Flux Study (SO-JGOFS) qui a pour but de comprendre le cycle du carbone et des éléments associés dans l’océan Austral. L’océan Austral est considéré comme un puits de gaz carbonique atmosphérique. Ce programme s’intéresse plus précisément à la composante biologique des flux de carbone et au transfert de carbone sous forme de matière particulaire dans l’océan profond.

La campagne s’est déroulée à bord du Marion-Dufresne dans le secteur indien de l’océan Austral. Elle comprenait en particulier la mise à l’eau d’une ligne de mouillage profond (en acier inoxydable) équipée de trappes pour la collecte de matière particulaire dans les eaux profondes. La mise à l’eau a été réussie. Cependant, pendant la plongée de la ligne de mouillage, une fausse manœuvre a provoqué la section de cette ligne par l’hélice du navire. Malgré des conditions de mer très sévères, une partie de la ligne a été récupérée en surface. La campagne comprenait également la collecte de sédiments à l’aide d’un carottier multitubes posé sur le fond de l’océan.

Le Marion-Dufresne a fait escale 4 avril à Port-aux-Français (îles Kerguelen) et le 29-30 avril à l’île de la Possession (île Crozet).

Campagne Antares 1 : trajet du Marion-Dufresne ; localisation des stations océanographiques ; carte de l’île de la Possession (Crozet). 

Montage ANTARES 1-2.jpg

A bord du Marion-Dufresne, de Port des Galets (La Réunion) aux îles Kerguelen : présentation du programme ANTARES par Paul Tréguer (Brest) ; 4 avril 1993 : le Marion-Dufresne dans le Golfe du Morbihan (Kerguelen). 

Dans le Golfe du Morbihan : le navire scientifique côtier La Curieuse au mouillage ; arrivée du Marion Dufresne à Port aux Français : prêts à débarquer : …Micheline Bianchi (Marseille), Medjoub (Paris), Jean Morvan (Rennes), … 

 Accueil à Port-aux-Français (PAF) pour les 20 ans du Marion-Dufresne. 

PAF : Notre-Dame –des-Vents ; bâtiment historique de PAF avec au premier plan une bouilloire à graisse d’éléphant de mer, vestige du temps des phoquiers. 

14 avril 1993 : mouillage d’une ligne d’acier inoxydable instrumentée (environ 3000m de long) comportant deux trappes coniques PPS5 pour la collecte de la matière particulaire dans les eaux profondes, ainsi que deux courantomètres pour la mesure des courants horizontaux au niveau des trappes pendant la durée du mouillage; L’opération est conduite par le bosco Henri Thomas ; mise à l’eau de la tête de la ligne de mouillage, équipée d’un pavillon d’un réflecteur radar et d’un flash. 

Trappe pour la collecte de matière particulaire PPS5 dans les eaux profondes pendant une année: elle comprend à la base un système revolver équipé de tubes de collection de matière particulaire, le système révolver amène le tube de collection à la base du cône pendant une durée prédéterminée à l’avance (d’une semaine à un mois selon la saison); mise à l’eau de la première trappe PPS5. 

Montage ANTARES 1-4.jpg

Filage des flotteurs (sphères de verre dans une protection plastique jaune) pour maintenir la ligne verticale ; mise à l’eau d’un courantomètre

RCM 8.  

Mise à l’eau de la deuxième trappe PPS5 ; sur le pont, la base de la ligne de mouillage avec : (1) deux déclencheurs acoustiques largueurs de lest (ils répondent à un signal émis par un « pinger » du navire en surface à la fin de la période de collecte pour libérer la ligne de trappes de son lest) ; grâce aux flotteurs la ligne vient s’étaler en surface d’où elle peut être récupérée par l’équipe de pont du Marion, et (2) un lest (chaines) qui ancre le mouillage sur le fond de la mer.

La ligne instrumentée d’environ 3000 m de long est à l’eau. Le lest, muni d’un parachute pour ralentir sa chute, est largué du navire et la ligne de mouillage s’enfonce dans l’eau, se mettant progressivement en position verticale. A gauche : Jean-François Gaillard (Paris 7), chef de mission, regarde la ligne de mouillage plonger dans l’océan profond. Quelques minutes plus tard une fausse manœuvre du navire provoque la rupture de la ligne. Sectionnée par l’hélice du Marion, la ligne de mouillage part à la dérive. Grâce au système ARGOS (satellite) de Toulouse, elle est repérée, le Marion peut s’en approcher le 16 avril 1993. A droite :  les scientifiques, inquiets, observent la récupération du matériel par l’équipe de pont (crédit photo : Jean-Claude Relexans, Bordeaux). Sur cette aventure, voir « Journal d’un océanographe – sur le rebord du monde", publié en 2018 chez Elytis.

Montage ANTARES 1-5.jpg

16 avril 1993 : lancement d’un grappin pour récupérer la ligne instrumentée qui dérive en surface ; des flotteurs sont ramenés à bord

(crédits photo : Jean-Claude Relexans, Bordeaux)

Préparation du carottier multitubes destiné à prélever simultanément 12 carottes de sédiment, sans perturber l’interface eau de mer – sédiment ; le carottier peut fonctionner à plusieurs milliers de mètres de profondeur; mise à l’eau du carottier. 

Montage ANTARES 1-6.jpg

Retour du carottier : Jean-Jacques Pichon (Bordeaux) attend son tour pour prélever une carotte ; Au centre Jean-François Gaillard, un lieutenant et le bosco Henri Thomas, satisfaits que l’opération de carottage se soit bien passée. 

Récupération des carottes par Sabine Schmidt et Christophe Rabouille (CEA, Paris). 

Carottes de sédiment recueillies par Jean-Louis Turon (Bordeaux) et, sous l’oeil attentif de Jean-Claude Relexans (Bordeaux), Catherine Riaux-Gobin (Banyuls-sur-mer), qui montre un « fluff » à l’interface eau-sédiment, résultant de la sédimentation rapide de diatomées depuis la couche de surface de l’océan. 

Grande bouteille de prélèvement en inox de Jeanne Laureillard (Paris) ; mise à l’eau de la grande bouteille. 

18 avril 2013, après une violente tempête, ce qui reste d’un conteneur-laboratoire Algeco de l’IFRTP sur la plage avant tribord du Marion; 29 avril 1993 : débarquement en chaloupe à l’île de la Possession (Crozet).

L'île de la Possession (Crozet) : Le Marion-Dufresne à l’arrière-plan, au loin, l’île de l’Est. 

ILe de la Possession (Crozet) colonie de manchots royaux. 

Ile de la Possession : vue générale de la manchotière en amont de l’embarcadère ; découverte de l’île avec Jean-François Gaillard comme guide. 

Ile de la Possession : vestiges du temps des phoquiers ; jeune albatros sur un nid. 

Ile de la Possession : vue générale de la base Alfred Faure ; à 4 449 km du pôle Sud et à 16 300 km du pôle Nord. 

Montage ANTARES 1-10.jpg

Ile de la Possession : au garde à vous pour saluer le départ !

18 mai 1993 : en route vers La Réunion ; La Réunion en vue : fin d’Antares 1 qui sera complété par Antares 2 (1994), 3 (1996), et 4 (1999). 

Participants à la mission (photo Paul Tréguer) 

Composition de la mission scientifique :

Chef de mission : Jean-François Gaillard (Paris 7) 

Patrick Arnaud Centre d’Océanologique de Marseille, Marseille. 

Mejdoub Benzohra INSU-Toulon, La Seyne. 

Micheline Bianchi Microbiologie Marine, Luminy-Marseille. 

Thierry Bouvier Laboratoire d’Océanographie Biologique, Bordeaux. 

Jaime Carrion School of Earth and Atmospheric Sciences, Atlanta, GA, USA. 

Rutger De Wit Laboratoire d’Océanographie Biologique, Bordeaux & Arcachon. 

Feliatra Microbiologie Marine, Luminy-Marseille. 

Jean-Francois Gaillard Laboratoire de Géochimie des Eaux, IPGP, Paris. 

Lucien Gamberoni Laboratoire d’Océanographie Physique, MNHN, Paris. 

Chafik Hammoud Laboratoire de Physisque et Chimie Marine, Paris. 

Jeannne Laureillard Laboratoire de Physique et Chimie Marine, Paris. 

David Moriarty Department of Chemical Engineering, Brisbane, Australia. 

Jean Morvan Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Rennes, Rennes. 

Young Park Laboratoire d’Océanographie Physique, MNHN, Paris. 

Jean-Jacques Pichon Département d’Océanographie et Géologie, Bordeaux. 

Catherine Pierre Laboratoire d’Océanographie et de Dynamique du Climat, Paris. 

Christophe Rabouille Centre des Faibles Radioactivités, Gif sur Yvette. 

Jean-Claude Relexans Laboratoire d’Océanographie Biologique, Bordeaux. 

Catherine Riaux-Gobin Laboratoire ARAGO, Banyuls. 

Jean-Philippe Roudier Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Rennes, Rennes. 

Sabine Schmidt Centre des Faibles Radioactivités, Gif sur Yvette. 

George Stora Centre d’Océanologique de Marseille, Marseille. 

Vincent Talbot Microbiologie Marine, Luminy-Marseille. 

Paul Tréguer Institut Universitaire Européen de la Mer, Brest. 

Jean-Louis Turon Département d’Océanographie et Géologie, Bordeaux. 

Justus Van Beusekom Netherlands Institute for Sea Research, NIOZ-Texel, NL. 

Philippe Van Cappellen School of Earth and Atmospheric Sciences, Atlanta, GA, USA. 

Maryline Vautravers Département d’Océanographie et Géologie, Bordeaux. 

Marie-Anne Vincendeau Institut Universitaire Européen de la Mer, Brest. 

Eric Virvaux Laboratoire d’Océanographie Physique, MNHN, Paris