OCÉAN ATLANTIQUE

Du 20 octobre (Brest), 

4 novembre 1972 (Brest)

.

Campagne POLYGAS A, 1972  

à bord du Jean Charcot   

. 

Chef de mission : Lucien LAUBIER (Cnexo)

 

(Crédit photos : Paul Tréguer).

MONTAGE CAMPAGE-1.jpg

campagne Polygas A, route du Jean Charcot au large du Golfe de Gascogne, en vert : stations de prélèvement biologiques profonds ; position des stations des campagnes Polygas A (octobre-novembre 2072) et Phygas 32 (avril-mai 1973) qui la complète (à suivre).

La campagne Polygas A du Cnexo (Centre national pour l’exploitation des océans), à bord du Jean Charcot, est une expédition multidisciplinaire d’océanographie physique, chimique et biologique pour la caractérisation des masses d’eaux de l’Atlantique du Nord-Est (au large du Golfe de Gascogne) et l’inventaire d’espèces biologiques profondes.

En période automnale, si les matières nutritives sont abondantes en surface, l’activité photosynthétique est faible et les biomasses de phytoplancton et de zooplancton sont généralement faibles (toutefois le nombre d’individus du macroplancton* et du micronecton* est relativement élevé).

Je suis à bord du Jean Charcot pour l’analyse des sels nutritifs (nitrates, phosphates, et silicates) à l’aide de chaines d’analyse automatique, avec Pierre Le Corre, analyse automatique à laquelle nous sommes parfaitement entraînés depuis la campagne Cineca 3 (juillet – août 1972, au large du Maroc).

*Contrairement au microplancton, qui s’observe au microscope optique, le macroplancton est de plus grande taille et visible à l’œil nu (exemple : des salpes qui forment des masses gélatineuses qui s’accrochent sur les câbles de prélèvement, des crustacés planctoniques, …).

** Contrairement au plancton (phytoplancton, zooplancton, …), qui flotte au gré des masses d’eaux, le micro-necton est composé d'animaux de petite taille qui peuvent nager contre le courant et se nourrissent de plancton ou d’autres proies.

MONTAGE CAMPAGE-1.jpg

Le Jean Charcot et son pont de chêne, cap au large ; sont hissés au mât les signaux prioritaires d’un navire en station océanographique (crédits : Paul Tréguer)

MONTAGE CAMPAGE-2.jpg

Océanographie physique et chimique : Relié au navire par un câble électro-porteur une bathysonde permet de réaliser en continu un profil vertical de température, de salinité, de densité, et de teneur en dioxygène des masses d’eau, de la surface au fond ; elle est munie d’une rosette de 12 bouteilles pour le prélèvement d’échantillons destinés aux analyses chimiques. A gauche : Raymond Perchoc (Cnexo) s’apprête à saisir la bathysonde. A droite : le système bathysonde est saisi et amené à bord (crédits : Paul Tréguer). A noter que le système Bathysonde des années 1970 est beaucoup plus léger (et plus maniable) que les systèmes de type SeaBird en service actuellement.

Prélèvement d’eau de mer à l’aide d’une bouteille Niskin de 30L (Jean-René Grall, Station Biologique de Roscoff); prélèvement de phytoplancton à l’aide d’un filet « horizontal » à 100 µm de vide de maille, pour tirer ce type de filet le navire évolue à vitesse réduite : 0 ,5 noeud ; remontée à bord d’une bouée servant à la mesure de la production primaire, cf. Campagne Cineca 3 (crédits : Paul Tréguer).

MONTAGE CAMPAGE-3.jpg

Prélèvement de zooplancton à l’aide d’un tube Hai (filet à armature cylindrique), cet outil permet de prélever du plancton, le navire circulant à quelques nœuds ; filet (200 µm de vide de maille) extrait de l’armature métallique du tube Hai (Alain Thiriot) (crédits : Paul Tréguer).

MONTAGE CAMPAGE-4.jpg

Zooplancton : prélèvement à l’aide d’un filet triple WP2 à 200 µm de vide de maille (Joël Campion) ; échantillon de zooplancton (crédits : Paul Tréguer).

Traineau dit « troïka » pour prélèvement de matériel biologique sur le fond des océans ; le câble du traineau est viré à bord (crédits : Paul Tréguer).

Le chien du bord, face à un océan turbulent (crédits : Paul Tréguer).

MONTAGE CAMPAGE-5.jpg

Mise à l’eau d’un chalut pélagique pour eaux profondes ; chalut viré à bord (crédits : Paul Tréguer).

Filet pour prélèvement pélagique profond ; faune pélagique profonde (crédit : Paul Tréguer).

MONTAGE CAMPAGE-6.jpg

Mise à l’eau d’un carottier (dit « carottier boite ») muni de lourds lests de plomb, pour prélèvement de matériel biologique dans les sédiments ; retour du carottier (crédits : Paul Tréguer).

Jeux de lumière sur une mer apaisée (crédit : Paul Tréguer).

MONTAGE CAMPAGE-7.jpg

Sur la route de retour en mer d’Iroise le navire océanographique croise des navires porte-conteneurs qui font route vers l’Europe du Nord ; Le Jean Charcot à quai (crédits : Paul Tréguer).

Participants (liste non exhaustive) :

Chef de mission :

Lucien Laubier (CNEXO)

Océanographie physique :

R. Perchoc (Centre Océanologique de Bretagne, Brest)

Océanographie chimique :

Pierre Le Corre, Roger Kerouel, Yanic Marty, et Paul Tréguer

(Groupe d’Océanographie Chimique, UBO, Brest)

Phytoplancton : 

Jean-René Grall (Station Biologique de Roscoff)

Zooplancton et micronecton :

Jacques Le Fèvre (Laboratoire d’océanographie biologique, Université de Bretagne Occidentale, Brest),

Joël Le Campion (Station Marine Endoume, Marseille),

Alain Thiriot (Centre Océanologique de Bretagne, Brest)

Faune abyssale :

Lucien Laubier (Centre Océanologique de Bretagne, Brest)